Chronique octobre-décembre 2013

>> Octobre 2013

Du 1er au 8 octobre, nous partageons une excellente retraite communautaire – selon les exercices spirituels de saint Ignace – donnée par le père Maurice Joyeux, jésuite dynamique et tonifiant qui nous ramène avec simplicité à l’essentiel. Il nous initie au dialogue contemplatif – partage communautaire autour d’un passage d’Evangile – que nous continuons à vivre régulièrement avec fruits.

Les 14 et 16 octobre, nous sommes amicalement envahies par deux importants groupes de jeunes étudiantes japonaises en voyage découverte en France : Le Bec est une étape obligée entre Chambord, Chartres et Lisieux. Elles sont de la région de Kobé où nous avons des ami(e)s fidèles dont plusieurs sont oblats de l’abbaye.

Le 23 octobre, nous fêtons Notre Dame de la Sainte Espérance, fête particulière à notre famille monastique issue d’une renaissance bénédictine du XIXe siècle au Mesnil Saint Loup, près de Troyes. > www.monastere-mesnil.fr/

Chaque année à cette date, une sœur présente à Père Abbé les vœux de nos communautés. Cette année, sœur Antoinette développe avec talent le rapport entre l’espérance et les champignons : tout est une question de regard ! Sœur Antoinette et Valérie en sont de grandes cueilleuses et nous en régaleront tout l’hiver.

Le 24 octobre Mère Ignace-Marie, prieure émérite d’Abu Gosh, nous quitte après avoir passé cinq mois au milieu de nous. Ce fut un temps de grâce, particulièrement au moment de la Pâques de notre chère mère Hugues-Marie.

31 octobre et 1er novembre – Avant la fête de la Toussaint, nous avons celle de la Dédicace de l’église abbatiale du Bec – consacrée en 1969 après restauration de cette grande salle du XVIIIe siècle qui avait d’abord été le réfectoire des moines, puis une écurie pour des chevaux de l’armée. Ces deux jours marquent pour nous chaque année la renaissance de la vie monastique au Bec, déjà présente depuis 1948.

>> Novembre 2013

Le 4 novembre, sœur Marie Anne s’envole pour Montréal où sa maman est décédée la veille : nous l’accompagnons de notre prière, elle et toute sa famille. Elle y restera trois semaines.

Les 7 et 8 novembre, session de chant avec Jaan Eik, toujours très apprécié, pour le grégorien.

Le 11 novembre, nous accueillons la rencontre des jeunes consacrés de Haute Normandie. Les six sœurs présentent partagent le repas, visitent le monastère et regardent la video d’Agnès présentant la communauté. Cela permet de mieux se connaître et de porter dans la prière ce que vivent les communautés en France et ailleurs.

Le 16 novembre, nous avons la visite rapide de notre nouveau curé, le père Pierre Ngoma Muaka, originaire de RDC, et qui nous avoue avoir du mal avec le froid et la neige de nos hivers…

Le 17 novembre, la famille de sœur Benoîte Marie vient l’entourer affectueusement pour ses 80 ans : sa surprise (c’était un grand secret) et son bonheur nous réjouissent toutes.

Le 19 novembre, arrivée chez nous de Sœur Dolorès, de Pomeyrol (communauté réformée, en Provence), que nous connaissons bien mais que nous n’avions pas vue depuis longtemps. Elle vient pour un séjour amical et pour se reposer une semaine.

Le 26 novembre, nous accueillons pour une rencontre improvisée, le père Jean Pierre Longeat, président de la Corref, abbé émérite de Ligugé et maintenant président de l’AIM,une organisation internationale d’entre-aide des monastères bénédictins et cisterciens. Il nous parle de son travail, de ses rencontres, de ses réflexions sur l’avenir de la vie monastique dans divers pays du monde : c’est une de ces rencontres fécondes en idées et en encouragements pour nous aussi, là où nous sommes.

>> Décembre 2013

Le 1er décembre nous fait entrer dans l’Avent et, par ce temps de préparation à Noël, dans la nouvelle année liturgique qui culminera à Pâques et se prolongera, au fil des célébrations, jusqu’à la Toussaint et aux dernières semaines qui précèdent l’Avent suivant.

Les 14 et 15 décembre, samedi et dimanche, nous avons la joie d’avoir parmi nos hôtes, le groupe de l’ « Ecole des ministères » de notre diocèse, formation théologique et pastorale pour adultes appelés à un engagement dans l’Eglise locale.

Le 17 décembre, « Sapientia ». Comme c’est la tradition, nous avons avec la communauté de nos frères, à l’abbaye du Bec, une rencontre joyeuse après les Vêpres, pour fêter le début de l’octave qui précède Noël, illustré par les belles antiennes latines chantées pour le Magnificat chaque jour – la première est « O Sapientia… ». C’est l’occasion de présenter les vœux de tous à Père Abbé.

Le 19 décembre, nous voyons arriver notre fidèle amie Motoko, oblate japonaise de l’abbaye, puis la maman de sœur Hanna de Pologne : Noël rassemble, qu’il soit célébré en Normandie ou ailleurs.

Le 21 décembre, nous sommes heureuses de voir rentrer après son opération et un long temps de rééducation de son genou sœur Joëlle Marie qui va pouvoir partager avec nous les célébrations de Noël.

Le 22 décembre, quatrième dimanche de l’Avent, sœur Chantal et sœur Hanna sont invitées à participer à un concert spirituel à la cathédrale d’Evreux, donné dans l’après midi pour célébrer, avec l’interprétation d’œuvres de François Couperin à l’orgue, de chants et de poèmes, l’admirable échange entre le ciel et la terre qu’est l’évènement de Noël.

Les 24 et 25 décembre Solennité de la Nativité, célébrée dès le soir du 24 par des Vêpres puis plus tard la messe de minuit ainsi que, le 25, la messe solennelle du jour et les Vêpres, par les deux communautés à l’église abbatiale du Bec. Ce sont toujours de grands moments très forts.

Le 31 décembre, nous clôturons l’année par une veillée itinérante sur le thème de l’Alliance de la porterie à l’oratoire en passant par le cloître. Cette marche reprend les trois étapes de notre retraite : Merci, Pardon, S’il te plaît. Nos hôtes se joignent à notre prière. Nous accueillons ainsi l’année nouvelle.